Accent Circonflexe

Occupons le terrain des mots et des données

Choisissez votre camp : lecteur ou moteur de recherche ?

Écrire pour son lectorat et écrire pour les moteurs de recherche obéissent à deux logiques différentes.

Crédit Photo : Eugénie.../Flickr - CC

Crédit Photo : Eugénie.../Flickr - CC

Le point de vue du lecteur

Le lecteur recherche des informations utiles qui correspondent à sa requête.
il veut y trouver de l’intérêt que ce soit pour son usage personnel ou professionnel.

Il cherche à étancher sa soif d’apprendre et sa curiosité.

Pour communiquer avec ce lecteur il va falloir capter son attention souvent sollicitée par d’autres sites que le vôtre ou d’autres préoccupations.

Parler à son intelligence et à son cœur, lui raconter des histoires qui l’émeuvent, nécessitent de travailler votre texte (le fond et la forme), votre style, votre accroche, vos mots, votre  imagination… en un mot travailler votre  “text appeal“.

Crédit Photo : ralphbijker/Flickr - CC

Crédit Photo : ralphbijker/Flickr - CC

Le point de vue du moteur

Le moteur de recherche ne sait pas “lire”. Il va falloir beaucoup l’aider au travail d‘indexation des pages web.

Ainsi vous baliserez votre page afin qu’il identifie  titres,  paragraphes,  permaliens, hyperliens,  mots-clés, ancres, plan du site,  attributs “Alt”, méta-tags…

C’est la base du référencement naturel ou organique me direz-vous. Cela devrait suffire ? Non, si l’audience et le trafic grâce aux moteurs de recherche vous préoccupent essentiellement.

Le référencement, technique de marketing parmi d’autres, vous permet d’avoir recours  à des techniques encore plus élaborées pour accroître votre visibilité, votre  positionnement dans les moteurs de recherche, votre  audience, votre trafic. On parle d’optimisation et parfois de sur-optimisation.

Se cristalliser sur l’écriture optimisée pour les moteurs de recherche conduit   à des solutions abusives ou “black hat SEO“  :

  • Gonfler les mots clés même sans rapport avec le contenu,
  • Acheter parfois à des prix exorbitants des mots-clés,
  • Sur-optimiser les adresses (url),
  • Pervertir des digg like, (vote d’ articles)
  • Recourir à l’affermage de liens (ou link farming c’est-à-dire programme d’échange de liens),

Il est vain de se focaliser sur l’écriture optimisée pour les moteurs de recherche car d’une part personne ne connait réellement leurs algorithmes, tout au plus quelques points et d’autre part, ces algorithmes évoluent changent au gré de leurs humeurs. Récemment, un moteur de recherche  a encore changé certaines règles.

On a coutume de dire que le contenu est roi (Content is king). Pour éviter cette formule à l’emporte-pièce, écrivez pour votre lecteur. Utilisez toutes les potentialités de la langue. Ne laissez pas les moteurs assécher, appauvrir la langue  et vous transformer en servile exécutant. Écrivez pour des humains pas pour des machines. Ne soyez pas à la merci des robots. Ne laissez pas les moteurs vous dicter le contenu.

L’Imfa, (International media formateurs associés) cite l’exemple de deux titres de journaux :
Le Monde :  Georges Simenon est mort
Libération :  Maigret casse sa pipe

A votre avis, quel titre préfère le lecteur, quel titre préfère le moteur de recherche ?


Sélection de ressources pour :

Il n’est pas nécessaire d’aller au-delà des règles basiques du référencement. Etes-vous d’accord ? Qu’en pensez-vous ?

Je serais ravie de connaître votre point de vue sur la question.

Mots-clés : , , ,

8 Commentaires

  1. @chrisdabin les deux !! RT @Turone Choisissez votre camp : lecteur ou moteur de recherche : http://bit.ly/qZXF710:04 AM Jun 4th from PeopleBrowsr

  2. Bonjour et merci pour le backlink :)

    Sur l’article, il y a des imprécisions que veut dire “Acheter parfois à des prix exorbitants des mots-clés”, jamais entendu parler de cette technique black hat :)

    Dire qu’”Il est vain de se focaliser sur l’écriture optimisée pour les moteurs de recherche car d’une part personne ne connait réellement leurs algorithmes, tout au plus quelques points et d’autre part, ces algorithmes évoluent changent au gré de leurs humeurs.” est faux. Les grands fondamentaux n’ont pas bougés depuis des années.

    Je ne suis globalement pas d’accord sur l’idée énoncé, justement le référencement est la capacité d’attirer les bons internautes, ce qui passe souvent par une optimisation du “wording”. L’objectif est de trouver le juste milieu entre une phrase percutante et un mot-clé que pourrait chercher un internaute dans le moteur.

  3. j’ajouterais que le gouffre qui pouvait exister auparavant entre l’écriture optimisée et la rédaction naturelle orientée “lecteur” se réduit de jour en jour, les moteurs ayant une compréhension sémantique en constante amélioration.

    Un contenu intelligemment rédigé, et bien évidemment structuré proprement (ce qui n’est pas forcément une orientation “moteurs”) conviendra aux deux.

  4. @lex de referencement blog
    Merci pour votre billet.

    Excepté les règles édictées par les moteurs de recherche tel Google, il existe des méthodes pour duper le moteur : le black hat seo. Exemple : http://zenseo.org/internet/blackhat-seo-1ere-partie

    D’aucuns plaident pour un référencement “éthique”.

    Le référencement naturel doit être pensé tout au long de la vie du site et même avant sa conception.
    Ce référencement repose sur une optimisation du “wording”, de l’architecture de l’information du site, des mots-clés,… http://www.davidmarbac.com/blog/vrais-referenceurs/

    Si le référencement a lieu au dernier moment, il est tentant de faire appel à des techniques de référencement abusives. Et cela coûte cher…

    Loin d’opposer l’écriture pour le web et le référencement, je privilégie l’écriture web car mon propos est de dire qu’au lieu de travailler uniquement au service d’un moteur de recherche au risque d’oublier son lecteur, il est préférable de se focaliser sur son contenu, sa stratégie de contenu, son architecture, son lecteur… En ce sens, on effectue également du référencement naturel.

    Pensez bien qu’on ne peut pas ignorer les moteurs de recherche mais il faut les laisser à leur juste place.
    http://www.axonpost.com/tag/google/

  5. @HawkEye
    Certainement que l’écart se réduira de plus en plus entre une écriture optimisée pour les moteurs de recherche et une rédaction naturelle orientée lecteur grâce au “web des data” (ou web sémantique). Ceci grâce aux métadonnées des contenus qui sont de plus en plus structurées, de mieux en mieux exploitées pour être contextualisées et porteuses de sens.

  6. A la question :
    “A votre avis, quel titre préfère le lecteur, quel titre préfère le moteur de recherche ?”

    Le Monde : Georges Simenon est mort
    Libération : Maigret casse sa pipe

    Difficile à dire :
    Maigret est plus populaire que Georges Simenon,
    Mort est plus populaire que “casse sa pipe”

    J’ai recherché exactement ses deux phrases dans google :
    Résultats 1 – 10 sur un total d’environ 3 000 pour Maigret casse sa pipe
    Résultats 1 – 10 sur un total d’environ 28 300 pour Georges Simenon est mort

    Mais le bon sens veut que l’internaute tape une requête simple, ce qui lui vient à l’esprit.
    Il cherchera peut-être : Maigret est mort
    Résultats 1 – 10 sur un total d’environ 44 500 pour Maigret est mort

    Et qui arrivera en tête dans les résultats ? Sans doute le site le plus fréquenté, et surtout l’article le plus consulté depuis que le web existe. Ici “lemonde.fr” devance de loin “liberation.fr”.

    Un petit site récent et peu lu, aura plus de chance de monter dans les résultats grâce à des mots moins populaires, il gagnera à écrire Maigret casse sa pipe.
    Si vous n’êtes pas populaire, soyez riche pour acheter les mots clés et sinon soyez expert dans un domaine très ciblé.

  7. @Loubib
    Merci de votre commentaire. Vos propos sont très perspicaces.
    Effectivement, il est fort à parier que l’internaute, pour sa requête utilise “Maigret” + “mort” car plus populaire.

    vous remarquerez également qu’il existe des modules tel le “One in All Seo pack” pour WordPress qui propose un titre pour le lecteur et un titre pour le moteur de recherche.

    En l’espèce, on peut titrer son billet “Simenon casse sa pipe” pour le lecteur et “Maigret est mort” pour le moteur de recherche.

    J’apprécie tout particulièrement la chute de votre commentaire : “Si vous n’êtes pas populaire, soyez riche pour acheter les mots-clés et sinon soyez expert dans un domaine très ciblé”.

    Et encore, merci pour l’illustration de vos propos.

Trackbacks

  1. Le web contribue-t-il à un appauvrissement du style journalistique ? « Connexion[s]

Mon blog se nourrit de vos commentaires :